Masseur de tête
The Hateful Eight

The Hateful (H)eight

Je n’aime pas exagérément Tarantino. Je n’aime pas la mise en scène de la violence dans les films, et HH ne fait pas exception à la règle : il y a du sang. Forcément. Répandu, étalé, filmé, glorifié, et pour une part inutile. Il y a du sang, des bouts de cerveau, d’os, des cous qui craquent, des gens qui gémissent, supplient. Mais il y a aussi autre chose, et cet autre chose mérite que l’on se déplace pour voir ce film.

Continue reading

No, by Grumpy Cat.